Publications

Portfolio : Commerces

AREP a développé son expertise sur les différentes formes du commerce contemporain : commerces très urbains avec notamment les espaces de Paris Saint-Lazare ou de la gare de l’Est, commerces en pied d’immeuble comme à Troyes, commerces périurbains avec les centres commerciaux de Salaise, Seclin ou Agen.
Coeur de Gare Paris Saint-Lazare | (c) SNCF - AREP - Mathieu Lee Vigneau

Chacun de ces types de commerces répond à un besoin spécifique. D’abord ceux qui se trouvent naturellement sur les flux, dans les lieux de passage : là c’est la ville, ses services et ses richesses qui viennent au devant des gens. Paradoxe de la vie moderne, où bien que très mobile, chacun souhaite que la ville vienne à lui, pour lui faciliter la vie ! Ensuite, les commerces classiques en pied d’immeuble qui animent la chaîne des espaces publics qui structurent la ville. Et enfin des commerces périurbains qui correspondent à une vraie demande, souvent parce qu’ils disposent d’une meilleure accessibilité et d’une grande diversité pour toute une population qui habite elle-même ce périurbain.

 

AREP a travaillé sur ces différentes typologies de commerces, qui sont facilement des lieux de foule, avec l’objectif commun de créer les conditions d’un «vivre ensemble» de qualité. Il y a des lieux où le ressenti de la foule est négatif et d’autres lieux où on la recherche, comme à la terrasse d’un café ou sur la place du marché. Loin d’être un fardeau, la présence des autres participe alors à faire apprécier l’espace urbain. La conception de ces lieux s’appuie également sur la lisibilité des commerces et leur accessibilité, afin de créer un espace agréable et fonctionnel.

 

Dans le périurbain, le centre commercial n’est pas rattaché à un tissu continu d’espaces publics contrairement au commerce de centre-ville. Il s’agit alors de créer un espace public dont les caractéristiques s’apparentent à celui du village, où les fonctions commerciales s’organisent autour d’une place, d’un foirail, de quelques rues. AREP est par ailleurs de plus en plus sollicité, en France et à l’étranger, pour mettre en place autour de ce type de commerce des quartiers mixtes (comprenant logements, activités tertiaires, équipements), dans lesquels la fonction commerciale, même si elle est dominante, n’est qu’une des composantes du morceau de ville que l’on crée. Une attention particulière est portée sur le parcours en voiture, puis à pied dans l’espace de déambulation jusqu’aux commerces. Les parkings sont des jardins arborés dans lesquels on se gare avant de rejoindre des espaces purement piétons, calmes et sécurisés, espaces collectifs dans lesquels on peut passer un moment à commercer bien sûr, mais également à se restaurer, se reposer, se divertir... et à s’arrêter pour rencontrer les autres.