@ Work

La Gare de Chambéry change de dimensions

Le parvis de la gare de Chambéry – SNCF – SARDO - Centre National des Archives Historiques © Droits réservés

Aujourd’hui quatrième gare de la Région Auvergne-Rhône-Alpes avec 3,5 millions de voyageurs annuels, Chambéry – Challes-les-Eaux affichait le même visage depuis ses dernières grandes transformations pour l’arrivée de la grande vitesse. 32 ans plus tard, elle amorce la mue la plus spectaculaire de son histoire.

D’origine italienne

Sous l’égide du Prince du même nom, elle constitue tout d’abord une des haltes de la Compagnie de chemin de fer Victor Emmanuel, fondée en 1853 par le premier ministre du Piémont. Trois ans plus tard, la gare de Chambéry voit partir son premier convoi en direction de Saint-Jean-de-Maurienne. Son inauguration officielle aura lieu le 1er septembre 1857 en présence du roi de Sardaigne et du Prince Napoléon. Construite sur les terrains vierges de la Cassine la gare de Chambéry passe sous pavillon français le 22 avril 1860, lorsque la Savoie est rattachée à la France.

La halle des voyageurs de Chambéry – SNCF – SARDO - Centre National des Archives Historiques © Droits réservés

Massive et sobre à la fois

Un corps central très allongé, neuf travées, deux ailes latérales (puis une aile en retour pour le buffet dès 1882), une horloge nichée dans la fenêtre centrale de l’étage pour seule décoration de la façade : si elle présente des dimensions imposantes, la gare de Chambéry n’est pas de celles qui se dote d’apparats ostentatoires. Une signature toute en simplicité qui ne sera jamais vraiment dénaturée lors des premiers agrandissements (1896 et 1906) et divers aménagements s’échelonnant des années 20 à 1972 (modification de la salle des pas perdus, modernisation du buffet, modification de la marquise, aménagement de la gare routière sur la seconde place de la gare etc.).

Il faudra en effet attendre la fin du XXe siècle et l’arrivée du TGV pour voir Chambéry – Challes-les-Eaux se dévergonder peu à peu. Dessinée par l’architecte Chanéac en collaboration avec deux architectes estampillés SNCF, un bâtiment moderne vient englober la partie centrale de l’ancienne gare conservée.

La « nouvelle gare » accueille le TGV dans un bâtiment où la halle de marchandises et l’aile nord ont laissé place à un nouveau hangar et à une extension conséquente.

Lors de son inauguration en octobre 1988, elle affiche alors une surface de 21 000 m2 (dont 6000 déjà existants ont été réaménagés), s’étire sur 260 mètres de long, et marque sa différence grâce à une originale façade longiligne composée de céramique blanche et de verre.

Le parvis de la gare de Chambéry vers 1960 – © SNCF

À l’aube d’un nouveau destin

Prémices du visage que Chambéry – Challes-les-Eaux affichera à l’horizon 2019, des travaux sur la passerelle, les voies de bus et le pôle routier TER ont, entre 2015 et 2017, marqué le démarrage d’un chantier colossal. L’ambition : un Pôle d’Échanges Multimodal (PEM) faisant battre de cœur de la cité (création de 2000 m2 de bureaux), d’où les départs / arrivées seront plus fluides et avec des modes de transports « doux », grâce notamment à la sortie de terre d’une Vélo Station de près de 500 places où les chambériens trouveront aussi un service de location et de réparation. Le tout, avec 1500 m2 de toiture en verre baignant le hall lumière et une vue dégagée sur les Alpes.

Le hall de la gare de Chambéry en 1988 – © SNCF

Dates clefs

25 novembre 1853 : Le conseil municipal débat sur le futur emplacement de la gare. Sceptique sur la surface des terrains du Nézin envisagés dans un premier temps, la Compagnie Victor Emmanuel lui préfère ceux de la Cassine – encore vierges -  pour permettre la naissance d’un nouveau quartier.

1856 : Construction de la gare. Une artère (l’actuelle rue Germain Sommeiller) est également créée pour faciliter l’accès des voyageurs au centre ancien de Chambéry. 

1er septembre 1857 : La gare de Chambéry est inaugurée en présence du roi de Sardaigne et du Prince Napoléon.

1904 : L’aile en retour du buffet fait son apparition. Il sera modifié à deux reprises, en 1955 puis en 1975.

Entre 1921 et 1972 : Modification de la salle des pas perdus et du bâtiment voyageurs, création d’un PRS unique (Poste tout Relais à transit Souple), et apparition du logo SNCF sur l’auvent central.

De la fin des années 80 au début des années 2000 : Arrivée de la Grande Vitesse à Chambéry. La nouvelle gare est inaugurée le 14 octobre 1988. Un deuxième souterrain donnant accès aux trois quais et un Nouvel Espace unique de Vente (NEV) voient respectivement le jour en 1990 et 2003.

Depuis 2015 et d’ici 2019 : Chambéry – Challes-les-Eaux amorce les travaux qui lui permettront de devenir un Pôle d’Échanges Multimodal (PEM).

 

Perspective de la nouvelle façade sur le parvis de la gare de Chambéry – © SNCF / Illustrateur : ARTEFACTO
Évolutions dans le temps de la gare de Chambéry – © SNCF-AREP / Illustrateur : Claude LE BRETON

*  Article issu d'un fonds documentaire de la Cellule Patrimoine AREP.

*  Rédacteur : Damien Guillou, d'après les textes et études historiques de Claude Le Breton, architecte Cellule Patrimoine AREP qui réalise depuis 20 ans  les études historiques qui alimentent un fonds documentaire sur les gares et les bâtiments spécifiques au domaine ferroviaire.