@ Work

L’été en gare : étudié pas à pas

Dans cet article, vous verrez l’enjeu d’une étude de flux accompagnant des travaux, d’infrastructure ou architecturaux, dans des bâtiments qui accueillent du public en mouvement (musée, gare, centre commercial…). Et comment la gestion de foule permet d’adapter les cheminements, en vue d’un confort maximum pour le piéton.
Vue plongeante sur les escalators de la gare Saint Lazare
Gare de Paris Saint-Lazare, les circulations verticales | (c) Didier Boy de la Tour

En transports en commun, vous avez parfois emprunté un itinéraire plus long ou moins confortable ou utilisé un bus de remplacement, dans l’espoir qu’il vous mène à destination. En voiture, il vous est peut-être arrivé de prendre une déviation pour cause de travaux et que cela vous stresse. C’est une expérience largement partagée et de par le monde. Les fermetures pour travaux sur une ligne de métro ou de train, comme la Red Line à Washington, impactent d’autres gares, c'est la logique d'un réseau.

 

Été 2016 à Paris, la fermeture du RER A a provoqué une augmentation du trafic à la gare Saint-Lazare, qui est, après la gare du Nord, la deuxième d’Europe en termes de fréquentation, avec 450 000 voyageurs par jour. Avec les travaux du RER A, une partie des usagers de cette ligne doivent en effet changer leur itinéraire habituel et transiter par la gare Saint-Lazare pour rejoindre en Transilien, l’Ouest de la capitale. Le report des voyageurs du RER s’ajoute aux voyageurs habituels et, face à cette fréquentation exceptionnelle, les espaces sont menacés d’atteindre leur capacité maximale de circulation.

Ces situations perturbées sont préalablement étudiées pour proposer aux usagers un déplacement satisfaisant malgré les complications :

  1. Avec la baisse d'affluence en gare pendant l'été, la période estivale est propice à la réalisation de chantiers. En Ile-de-France, la ligne du RER A renouvelle ses voies pendant quatre semaines chaque été. Jusqu’en 2018, le trafic est totalement interrompu sur les tronçons parisiens et de première couronne. Plus tard, entre 2019 et 2021, on prévoit d'interrompre le trafic la nuit pendant sept à neuf semaines.
  2. Plusieurs mois à l'avance, les exploitants des gares prennent soin de mettre à disposition des usagers des outils d'information pour communiquer au maximum sur les fermetures partielles de lignes. Les voyageurs pourront ainsi réfléchir en amont à un itinéraire alternatif.
  3. Enfin, pour anticiper l’augmentation de la fréquentation en gare, des études de flux sont spécifiquement menées par l’équipe Flux et Mobilités d’AREP, filiale de SNCF Gares&Connexions. Elles permettent de faciliter et organiser dans les meilleures conditions ces déplacements piétonniers quotidiens ou occasionnels. Ces études accompagnent les décisions de l’exploitant pour assurer le bon fonctionnement des espaces et la fluidité des circulations. Elles prennent en compte à la fois : les besoins des usagers pour leurs déplacements, les contraintes d’organisation des gares et les règles de sécurité.

 

Dans un premier temps, les lieux de tension susceptibles d'être surchargés sont identifiés. Dans un deuxième temps, des solutions adaptées sont proposées pour permettre de gérer cette affluence exceptionnelle et proposer des parcours plus fluides et lisibles. Plus concrètement, avec l’augmentation de la fréquentation de la gare Saint-Lazare, les liaisons entre le métro et les trains SNCF sont très chargées. Des congestions se forment alors devant chaque goulot d’étranglement comme par exemple un escalator. La vitesse des voyageurs est ralentie voire stoppée pendant un laps de temps pouvant aller de plusieurs secondes à une minute. Ce temps d’attente peut à priori paraitre court, mais devant un escalier, sur votre trajet quotidien, il semble très long.

 

L’exemple de la vidéo accélérée ci-dessous permet d’illustrer les échanges en gare avec l’ajout des usagers du RER aux voyageurs SNCF. Cette simulation a été réalisée grâce à un logiciel permettant de modéliser les déplacements piétons. Le zoom est fait au niveau de l’espace de correspondance entre le métro RATP et la gare SNCF Saint-Lazare au niveau -1 par rapport à la rue. On constate les regroupements et les croisements de voyageurs en bas de l’escalator.

Les préconisations de l’étude de flux répondent à plusieurs enjeux :

  1. la temporalité dans laquelle s’inscrit l’événement,
  2. l’organisation spatiale existante de la station de métro et de la gare,
  3. les pratiques et les usages des voyageurs.

 

Les travaux d’infrastructure sont répétés chaque été pendant quatre ans et pour quatre semaines d’affilée. Les propositions se doivent d’être modulables, mises en place rapidement car elles sont susceptibles d'être reprogrammées les années suivantes.

 

Compte-tenu du caractère ponctuel de cet événement, il n’est pas envisageable de modifier l’organisation de la gare en construisant par exemple des escaliers supplémentaires pour diminuer les congestions. Ainsi, en changeant le sens de certains escalators et en isolant les parcours selon les destinations (je vais vers le métro, je vais vers la gare), des croisements qui généraient des conflits et congestions, sont alors évités.

 

Enfin, un dispositif d’accompagnement des parcours par du personnel et une nouvelle signalétique sont organisés pour orienter les voyageurs pendant nouveaux cheminements et leur permettre de circuler de manière fluide et confortable.

 

La vidéo ci-dessous permet cette fois-ci d’apprécier les échanges des voyageurs avec un parcours réorganisé et minimisant les risques de conflits, à l’origine de l’allongement du temps de correspondance.

Accompagner l’exploitant du lieu et concevoir des bâtiments qui accueillent la mobilité, c’est la mission principale que tiennent les équipes de notre bureau d’études pluridisciplinaires. Les études de flux ouvrent parfois sur des résultats étonnants, comme lorsque nous avons appris qu’encourager deux files fixes dans un escalator aide parfois à désengorger une station de métro. Elles sont une expertise d’une grande valeur ajoutée pour le monde du transport en premier lieu, les espaces qui accueillent du public de façon générale et jusqu’à l’échelle du grand territoire. En effet, dans la vie de tous les jours – un matin de semaine dans une gare, une file d’attente dans un musée – ou lors d’un événement exceptionnel – accident, travaux, manifestation sportive ou culturelle – la gestion des foules est indispensable pour des questions de confort et de sécurité des personnes.

 

Voilà comment, l’été prochain, à Washington comme à Paris, votre trajet habituel sera modifié et cela pourrait vous agacer… mais tellement moins que si vous étiez restés coincés en bas d'un escalier !